Macornay Toute l'actualité de Macornay
Accueil > Commune de Macornay > Divers > Le SICOPAL

Le SICOPAL

 

 

SICOPAL est une intercommunalité à vocation sociale.

Le sigle SICOPAL signifie Syndicat Inter-Communal Optionnel Pour l’Agglomération Lédonienne.

Il offre aux populations périphériques de Lons-le-Saunier les mêmes qualités de prestations qu’aux Lédoniens en matière de repas : repas aux restaurants scolaires et repas au domicile des personnes âgées. Il est compétent en matière de sécurité pour les personnes âgées et propose un service de téléalarme pour les personnes qui le souhaitent.

 

Les délégués de la commune :

 

Syndicat InterCommunal Optionnel Pour l’Agglomération Lédonienne

 

Structure: Qu’est-ce que SICOPAL ?

 

SICOPAL est une intercommunalité à vocation sociale, le sigle SICOPAL signifie Syndicat InterCommunal Optionnel Pour l’Agglomération Lédonienne. Cet organisme est un EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunal), il a été créé en 1990 pour répondre à un double besoin. Un besoin matériel ; il s’agissait à l’époque pour la ville de Lons Le Saunier de renouveler des véhicules devenus obsolètes pour la livraison des repas et pour répondre à un besoin social : Offrir aux populations périphériques de Lons-le-Saunier les même qualités de prestations qu’aux Lédoniens en matière de repas. Repas aux restaurants scolaires – repas au domicile des personnes âgées.

 

En milieu rural, nombre de communes ont dû créer un service de restauration pour maintenir leur effectif, et donc l’école. Mais comment faire ?

 

D’où cette idée de s’unir pour acheter des véhicules adaptés qui livreraient des repas confectionnés par la cuisine centrale, et dans le même temps faire bénéficier aux personnes âgées qui le souhaitent d’un service de portage de repas à domicile.

 

 

Historique de la création du syndicat

 

En 1989, la cuisine centrale de la ville de Lons-le-Saunier fournit quelques repas à sept communes périphériques, principalement pour les restaurants scolaires ; à charge pour elles de venir les chercher à la cuisine centrale.

 

Certaines communes (Montmorot, Perrigny, Pannessières) ont instauré un service de portage de repas aux domiciles des personnes âgées, mais ceci n’est pas sans poser de nombreux problèmes. En effet, à Pannessières, le service ne peut être assuré que les jours de classe.

 

A Montaigu, le service a existé, mais était limité au centre du village. Dans tous les cas, les véhicules utilisés par telle ou telle commune ne servent pas qu’à cela et ne sont donc pas conformes aux règles sanitaires, non conformes également les conducteurs occasionnels de ces véhicules au regard des assurances en cas d’accident.

 

Bref, chacun essaie de façon individuelle de trouver une solution pour satisfaire ce besoin récent de portage de repas.

 

Le 30 octobre 1989, le Docteur Bénichou, adjoint au maire de Lons le Saunier, et président du Centre Communal d’Action Sociale par délégation, réunit les élus des communes de Montaigu, Courlans, Macornay, Conliège, Pannessières et Montmorot pour aborder ce problème de façon plus cohérente.

 

Une cellule se réuni le 27 novembre 1989

 

Un constat :

• en 1936, sur 10 000 nés vivants, 3 732 atteignaient 80 ans.

• en 1982, sur 10 000 nés vivants, 8 991 atteignaient 80 ans.

 

La population âgée augmente de manière constante, et la priorité du maintien à domicile s’impose en ce qu’elle répond à la fois à des préoccupations humaines et financières.

 

Les structures d’hébergement coûtent cher et ne sont pas forcément la solution adaptée. Le maintien à domicile est donc souhaitable autant que faire se peut. Cela suppose un minimum de services à commencer par le portage de repas, la nourriture étant indispensable à la vie.

 

Les élus réunis (Mme Pernin pour Courlans, M. Jacques pour Conliège, Mme Gauthier pour Montmorot, M. Guichard pour Macornay, M. Cordier pour Pannessières, M. André pour Perrigny, le Docteur Benichou pour Lons-le-Saunier) appréhendent l’ensemble de ces problèmes, et conviennent d’envisager la création d’une structure intercommunale pour commencer à les résoudre.

 

Le 5 mars 1990 les élus concernés se réunissent de nouveau. M. Guichard présente un avant-projet de statuts d’une structure qui pourrait s’appeler SICOPAL. Il s’agit d’un Syndicat Intercommunal à vocation sociale comprenant plusieurs options en faveur des personnes âgées et des enfants scolarisés.

 

Lundi 23 avril 1990. Nouvelle réunion pour chiffrer les besoins, les moyens et les coûts à soumettre aux conseils municipaux.

 

Lundi 11 juin 1990. Dernière réunion de travail avant création définitive de SICOPAL. Les statuts et tous les éléments nécessaires sont alors affinés pour être soumis à l’approbation des conseils municipaux.

 

D’autres communes semblent être intéressées, elles recevront les documents nécessaires pour participer à la création du syndicat ou y adhérer ultérieurement.

 

28 août 1990. Assemblée constitutive du Syndicat. Election du premier Bureau :

 

Vu les délibérations concordantes des conseils municipaux, font partie du SICOPAL les communes de :

Ainsi est né le SICOPAL.

Fonctionnement

 

Chaque commune adhérente désigne un délégué L’ensemble des délégués forme le comité syndical qui avec un président et deux vice-présidents, représentent l’exécutif, il fonctionne comme un conseil municipal. Le comité vote le budget et fixe les grandes lignes de son action. A cet égard, il convient de préciser qu’outre une cotisation symbolique, SICOPAL ne coûte rien aux contribuables. Les prestations étant financées par chacun des usagers servis.

 

Développement

 

Le portage des repas au domicile des personnes âgées a très vite connu un grand succès ce qui veut dire que ce service correspondait bien à un réel besoin. De plus, sa souplesse de fonctionnement le rend particulièrement attractif : Chaque personne pouvant se faire livrer des repas quand elle le souhaite : de temps en temps, à la semaine, au mois, à l’année ; elle peut interrompre ou reprendre la livraison à tout moment.

 

Devant ce succès, nombre de communes ont demandé leur adhésion à SICOPAL pour faire bénéficier leur population des prestations offertes. Ainsi SICOPAL compte aujourd’hui 47 communes.

 

En 1995, un autre service a été mis en place : il s’agit de la téléalarme qui vise à sécuriser les personnes âgées et leur famille/ Ce service connaît lui aussi un vif succès avec environ 240 appareils installés à ce jour. Le fonctionnement est simple et facile ? Chaque personne dispose d’un petit médaillon porté dans la poche ou autour du cou et en cas de nécessité une simple pression déclenche les secours. En cas de chute ou de malaise, il est souvent impossible de téléphoner, même avec un numéro préalablement mis en mémoire, mais il est pratiquement toujours possible, avec la téléalarme de déclencher le bip par simple pression. L’originalité de cette alarme est d’être reliée au service des urgences de l’hôpital de Lons-le-Saunier.

 

Bien entendu, elle peut d’abord prévenir un proche, qui peut être un voisin ou un membre de la famille ; lequel jugera de l’opportunité à prévenir le SAMU.

 

D’une manière générale, ce sont les enfants qui demanderont pour leurs parents âgés l’installation de la téléalarme. Pour eux, c’est une sécurité, la personne seule ne l’est plus vraiment.

 

Services émergents

 

En côtoyant les personnes âgées comme le font chaque jour Sophie et Nathalie, on se rend compte des besoins exprimés ou non qu’éprouvent les personnes à partir d’un certain âge. C’est ainsi que nous avons été amenés à mettre en place un service de portage de linge. En effet, le gros linge, draps, rideaux, nappes, etc…, pose problème car il est lourd à sortir d’une machine à laver, comme à mettre sécher sur un étendoir. Aussi, là encore, nous intervenons pour prendre ce linge, l’emmener à nettoyer en blanchisserie et le ramener ensuite à la personne qui nous l’a confié.

 

Apparaissent également des services dits de confort. C’est le cas par exemple de la lecture à domicile. On s’est rendu compte que les personnes qui lisent, lisent beaucoup et sont en manque d’ouvrages. Nous avons donc traité avec la bibliothèque Départementale de Prêt de manière à servir la lecture à domicile avec une gamme de livres très variée pour répondre au goût et à la demande de chacun.

 

Avenir

 

Le siècle à venir sera marqué d’un bouleversement sans précédent avec le développement de la vieillesse et de l’extrême vieillesse. Il faut savoir que l’espérance moyenne de vie est passé de 54 ans en 1900 à 70-80 ans aujourd’hui, et que l’être humain est programmé pour vivre 120 ans, ce’ vers quoi nous tendons inéluctablement, mais qui n’est pas sans poser de nombreux problèmes, à commencer par le vieillissement cérébral précoce et la maladie d’Alzheimer. Nous perdons environ 100 000 neurones par jour, ce qui fait un milliard et demi à 90 ans. Or, chacun de nous en reçoit 14 milliards à la naissance, la perte est donc minime. Vieillir biologiquement n’affecte pas l’intensité, ni la nature de la pensée. Le plus grand danger provient de l’environnement social et culturel. Le cerveau est une pile qui s’use si on ne s’en sert pas. Si le capital neuronal est fait pour durer, le système neuronal, lui, est fragile et exposé à de grands risques comme l’inactivité souvent liée aux manques de sollicitation due à la solitude ou à l’absence de motivation. La mémoire ne fonctionne plus ou s’installe avec tout son cortège de conséquences graves et cruelles.

 

C’est donc l’ensemble de ces phénomènes liés au vieillissement des populations qu’il faudra prendre en compte, et un organisme comme le nôtre peut inciter à la réflexion et à la projection dans l’avenir. Car au-delà des services de nécessité comme les repas à domicile, la téléalarme, le portage de linge, ou de confort comme la lecture, c’est bien l’ensemble du phénomène qu’il faudra appréhender pour lui apporter des solutions adaptées efficaces, et qui pour beaucoup sont encore à inventer. Alors, notre Syndicat a encore de beaux jours devant lui et surtout bien du pain sur la planche.

 


 

 

Aides à domicile pour les personnes âgées

 

 

Guide pratique

 

Adresse :

6 rue du Puits Salé

BP 304

39000 Lons le Saunier

 

Téléphone – fax : 03.84.24.83.99

 

Repas

 

Les livraisons de repas sont très souples et sans formalités administratives particulières pour satisfaire au mieux les besoins de chacune et chacun.

Vous pouvez bénéficier de repas de façon régulière, temporaire ou occasionnelle.

 

Comment faire ?

Appelez SICOPAL au 03.84.24.83.99 qui traitera directement votre demande.
La facture sera envoyée à la mairie de Macornay qui encaissera les sommes dues par le biais de Monsieur le Receveur Principal.

 

Le tarif ?

Repas livré à domicile pour les personnes âgées : 6,45 €

 

Téléalarmes

 

Pour rompre l’isolement, vous êtes en permanence relié à une centrale d’appels en cas de chute, de malaise ou d’agression. Un simple bip déclenche immédiatement l’aide nécessaire.

SICOPAL assure l’installation, la maintenance et les vérifications régulières.

 

Comment faire ?

Appelez SICOPAL au 03.84.24.83.99 qui fixera un rendez-vous à votre domicile pour une présentation de l’appareil ; cela ne vous engage en rien.

 

Le tarif ?

Un abonnement mensuel de 24,00 € (installation, maintenance, vérifications comprises)

 

Lecture

 

Pour les personnes qui aiment lire et qui n’ont pas la possibilité de se déplacer en bibliothèque, le portage de livres et manuels divers est à votre disposition.

Une grande variété dans le choix des ouvrages est possible grâce à une collaboration avec la Bibliothèque Départementale de Prêt.

 

Comment faire ?

Contactez SICOPAL.

 

Le tarif ?

Ce service est gratuit.

 

Linge

 

Vous souhaitez faire laver du linge, notamment du gros linge souvent difficile à entretenir (draps, couvertures, rideaux, etc…).

SICOPAL vient le chercher et vous le ramène rapidement.

 

Comment faire ?

Contactez SICOPAL.

 

 

© 2015-2017 Macornay • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales